Vous êtes ici : Accueil > 3- Documentation pédagogique > 32- Maîtrise de la langue française > 03- Littérature cycle 3 > Améliorer la fluence en lecture – cycle 2 et cycle 3 -
Publié : 24 juin 2012

Améliorer la fluence en lecture – cycle 2 et cycle 3 -

Qu’est-ce que la fluence ?
La fluence de lecture est définie comme la capacité à lire

- avec aisance

- rapidement

- sans erreurs
et avec une intonation adaptée
 
On ne lit pas tous le même nombre de mots pour le même temps donné :
• Un adulte lecteur expert sur un texte documentaire ou littéraire ne posant pas de problème de compréhension, lit à voix haute :
 MCLM = 200 Mots Correctement Lus / Minute
· Un élève de sixième « ordinaire » lit correctement 130 mots par minute. Un lecteur précaire n’en lit que 45 à 70.
Travailler la fluence en lecture permet aux lecteurs précaires de diminuer la charge attentionnelle mobilisée par la reconnaissance des mots.
Travailler la reconnaissance rapide des mots et la fluidité de la lecture permet l’amélioration de la compréhension.
 
Ressource :
Fluence du CP au CM – Les Editions de la Cigale– Il s’agit de deux fascicules regroupant chacun 24 textes pour améliorer la compréhension lors de l’apprentissage de la lecture en automatisant l’identification des mots, la vitesse et la précision de lecture.
L’entraînement Fluence CP/CE & CE/CM a été conçu et expérimenté par le laboratoire Cogni-Sciences dans le cadre du programme P.A.R.L.E.R. (M. Pourchet, M. Zorman) http://www.programme-parler.fr/
Sur le site des éditions La Cigale, on peut accéder à des vidéos permettant de voir comment se passent les séances selon le protocole établi.
 
Avant d’organiser le travail sur la fluence, il est nécessaire d’évaluer les élèves.
 
L’évaluation des élèves :
 Dans cette évaluation, on cherche à connaître le nombre de Mots Correctement Lus à la Minute (MCLM).
Chaque élève est pris individuellement car il ne doit pas avoir entendu le texte à lire.
Les éditions La Cigale propose tous le matériel pour ce faire. Deux textes sont étalonnés. Cela veut dire qu’ils ont été lus, tels que présentés dans le guide, par un nombre représentatif d’élèves de CE1. 
L’enseignante présente l’activité à l’élève : « Tu vas lire ce texte que tu ne connais pas à haute voix. Je t’arrêterai au bout d’une minute. Quand tu auras fini ta lecture, on comptera le nombre de mots que tu auras bien lus. »
A la fin de la lecture, on comptabilise le nom de mots lus en une minute (MLM), le nombre d’erreurs (mots mal lus ou pas lus) (ERR). En enlevant celles-ci du nombre de mots lus en une minute, on obtient le MCLM, c’est-à-dire le nombre de Mots Correctement Lus à la Minute.
On compare ce nombre à la grille d’étalonnage fournie dans le fascicule et on voit comment se répartissent les élèves. Par exemple, dans la classe de Madame X, 9 élèves se situaient au-dessus de 52 et 13 se situaient en dessous.
52, correspond au 30ème centile. Ce 30ème centile est un cap à franchir. En dessous, les chercheurs estiment que la fluence n’est pas suffisamment acquise et du coup, la compréhension du texte s’en ressent.
Après avoir fait l’évaluation, on forme des groupes de travail.
 
Exemple de pratiquedans une classe de 22 élèves.
La maîtresse a pris 4 élèves en soutien. Profil : des élèves assez bons lecteurs mais n’ayant pas une lecture fluide. N’ayant pas de problèmes de déchiffrage mais n’étant pas dans les meilleurs lecteurs.
1ère séancede la maîtresse. Les élèves ont lu un texte (Titou le chat). La maîtresse ne leur a pas lu elle-même avant, et ne leur n’a pas parlé avant. (Diffère du protocole de La Cigale)
Elle a chronométré le temps de lecture du texte en soulignant, ou remarquant les erreurs. Le texte a été ensuite collé dans un cahier consacré à l’APE pour cette période (petit cahier) et la maîtresse a noté ses remarques.
2ème séancede la maîtresse. La maîtresse a lu un autre texte (Le cadeau de Sophie). Les élèves ont dit ce qu’ils en comprenaient puis chacun l’a lu et la maîtresse arrêtait chaque élève au bout de 1 minute. Chaque élève a lu le texte 2 fois.
Pour les autres séances, elle a procédé de cette façon et travaillait sur 2 textes à chaque séance.
Le + : les élèves sont motivés, ont envie de faire. Le chronomètre les stimule et les stresse à la fois. Le - : Pour un élève, cependant, l’enseignante s’interroge : il lui semble qu’il était capable de retenir le texte par cœur pour peu qu’elle ne l’interrogeât qu’en 3ème ou 4ème… Du coup elle le faisait passer en premier.
Retour en classe : déchiffrage plus rapide pour les élèves pris en charge pendant ce temps d’APE.
Questions pour sa pratique de classe :
Pour l’instant, l’enseignante ne sait pas comment faire pour faire en classe entière. Par contre, elle bénéficie maintenant de l’intervention d’un maître de soutien avec qui elle a pu mettre en place des ateliers. .
Celle-ci a pris individuellement chaque élève de la classe (22) pour les évaluer en fluence. A la suite de cette évaluation, deux groupes sont formés : 9 élèves et 13 élèves. Le groupe de 9, le moins en difficulté sera pris par le maître de soutien et les autres : 13, par la maîtresse.
Chaque groupe va travailler la fluence. L’organisation reste à trouver, car on n’avance bien qu’en groupe de 4 voire 5 élèves maximum.
Sitographie :
Parmi les sites visités pour préparer mon animation, je recommande particulièrement celui de « instit 90 » http://sylvain.obholtz.free.fr/crbst_116.html
D’autres sites également sont à explorer :
Jeux de lecture CP – CE1 – Aide personnalisée  : Site de Grenoble 5 :
http://www.ac-grenoble.fr/ien.greno...
Progression en lecture  : Site de Grenoble 5 :
http://www.ac-grenoble.fr/ien.greno...
Des ateliers de lecture  : lire pour s’amuser, s’entraîner, se perfectionner…
http://www.etab.ac-caen.fr/ecauge/p...
 
Autres outils :

- 140 jeux pour lire vite - Yak Rivais – Retz 1990

- ARTHUR – Brigitte Chevalier - Nathan/Retz

- Bien lire à l’école – Brigitte Chevalier - Nathan/Retz

- Lecture orale et compréhension écrite (Volume V) – JP Lefort – Les Editions Buissonnières
 
 
 
 

Documents joints